samedi 26 janvier 2013

& Beau, hein ?


Benjamin piquait mais n'était point mal rasé.
Il faisait des trous mais n'était pas l'poinçonneur des Lilas.
Il a mis jadis de nombreux nourrissons en sûreté (dont moi!).
Il a aidé les banquiers à compter les billets et il a facilité la vie des comptables lorsqu'ils devaient liasser leurs bordereaux - pas vrai, Papa ? 
Il a "collé" aux murs d'innombrables individus de tous genres.
Il a parfaitement joué d'un instrument de musique qui, pourtant, ne produisait aucun son. 
Puis, il a fait tourner la tête à des millions de petites dames en leur offrant une bille en verre de Murano.
Il s'est même délicatement glissé dans la chevelure des belles....
Il a fait plein d'autres trucs mais ça vous aiderait trop si je vous les énonçais!


Vous n'avez pas trouvé de qui il s'agit ?
Si je vous dis qu'il a partagé une grande partie de la vie de ma grand-mère, ça ne vous aide pas ?...
Le titre de mon billet ne vous met pas non plus sur la voie : beau, hein ?

Bon, alors je traduis :

Benjamin a fabriqué des centaines de millions (p't'être même des milliards!) d'aiguilles à coudre, celles avec le chas, ce petit trou dans lequel il devient de plus en plus difficile de faire glisser un fil au fil des ans.
Il a inventé la première machine automatique de montage d'épingles de sûreté en France en 1890.
Il a fabriqué des épingles pour les bureaux et les comptoirs (vous savez, celles à tête triangulaire, utilisées par les milliardaires qui faisaient des tas de billets devant eux !).
Il a fabriqué des punaises.
Il a fabriqué des trombones.
Il a fabriqué des épingles à tête en verre de Murano (oui, oui, ces jolies petites épingles colorées dont la tête toute ronde se brise!).
Il a fabriqué de simples pinces à cheveux et des neigeuses (ces épingles qui ont donné leur nom aux virages dangereux et qui servent à tenir les beaux chignons des dames - hein, maman!- ou les postiches).



Et il fait toujours tout ça!
Enfin, pas vraiment lui car Benjamin est mort en 1911 mais comme l'usine qu'il a construite en 1868 existe toujours, c'est toujours son nom qu'on voit sur les étuis d'aiguilles à coudre, sur les petites boîtes de trombones, de punaises ou d'épingles à tête, sur les coffrets d'aiguilles à tricoter ou de crochets...: 

BOHIN
Aujourd'hui, pour rester sur le marché, la marque BOHIN a diversifié ses productions. Allez faire un petit tour et vous serez surpris.


 

Ma mamie (la belle jeune femme en photo qui aurait pu fêter ses 100 ans dans 5 jours si elle n'avait pas eu l'idée saugrenue de partir je ne sais où, il y a quelques années!!!), fut d'abord une magnifique jeune fille aux cheveux très longs, puis une extraordinaire couturière, puis une belle jeune femme élégante, puis une très belle maman, puis une amusante belle-mère, puis une adorable mamie, puis une charmante très vieille dame. A chaque étape de sa vie, elle a quotidiennement utilisé toutes ces petites choses qui sortaient des usines BOHIN et j'ai encore certains de ses accessoires de couture dans ma travailleuse.

C'est beau, hein ?

 PS: Je ne suis pas actionnaire chez Bohin: j'ai juste, avec cette marque, un lien affectif piquant, une attache particulière !


Mamie Jeanne, photo d'époque habilement restaurée par ma fille
Carte postale perso
Carte postale (Delcampe)

19 commentaires:

  1. très intéressant!!!
    tu as piqué ma curiosité au vif!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tes aiguilles à jolis bonnets, est-ce que ce sont des BOHIN ?

      Bises d'Ep'

      Supprimer
  2. Ton grand-papa, on peut dire qu'il a bossé toute sa vie sur une activité de pointe ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent jeu de mots !
      Je dois quand même préciser une chose : M. BOHIN n'était point mon grand-papa (Hihihi!).
      Même s'il est vrai que ma grand-mère a passé sans doute plus de temps dans sa vie avec ses aiguilles, ses épingles à tête ronde et ses neigeuses qu'avec mon grand-père, il n'en reste pas moins qu'elle ne s'appelait pas Mme BOHIN. Pardon si je vous ai "enduit d'erreur" Messire Tant-Bourrin!

      Supprimer
  3. Nous, dans le midi, on pointe et on manque ... à la pétanque.
    Rien à voir avec ce monsieur Benjamin ! Toutefois, comme ta mamie, je connais bien les aiguilles, les épingles à nourrice ou à chignon, les punaises et autres clous...
    Les travaux de broderie ou de canevas sont épatants pour se familiariser avec tous ces accessoires. Bravo Epamine pour ce cours magistral piquant?
    BIZZZ de DOUCY.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez les Bohin, on devait chanter ♫ "Papa pique et Maman coud"♫, c'est sûr...
      Merci pour ton message qui, bien que rempli de noms qui piquent est fort sympathique...
      Bises d'Ep'


      Supprimer
  4. J'en connais d'autres qui sont devenus riches "en piquant"...mais c'était d'une façon moins..légale ! ;-)

    Ce Benjamin-là fait vraiment partie du quotidien, on voit son nom partout, mais je n'avais jamais cherché son prénom...

    Merci, Epamine, pour ce billet très bien écrit (comme d'hab), tu as vraiment le chic pour nous "aiguiller" vers des sujets pas "piqués des vers" ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton compliment me touche et je t'en remercie.
      Si je réussis à aiguiller mes visiteurs vers des sujets pas piqués des vers (youpi!), j'ai, hélas, besoin d'aiguillonner certains de mes élèves pour qu'ils se sentent intéressés par ce que je leur raconte...
      Un jour, peut-être, ils liront mes esperluettes ;o)
      Bises d'Ep'

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Tant mieux si mon billet t'a intéressée.
      A bientôt, ici ou ailleurs !

      Supprimer
  6. Punaise ! tu es trom bonne... Pardon trop bonne Chas alors....

    RépondreSupprimer
  7. Tu as piqué ma curiosité avec ce billet fort documenté. Je ne regarderai plus jamais les aiguilles de la même façon. J'en profite pour dire au passage:" Merci M. Bohin !!!" :-)
    GROS BECS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, oui, on peut le remercier ce brave Benji car que ferait-on sans épingle de sûreté, sans trombone et sans punaise, pas vrai ?

      Bises d'Ep'

      Supprimer
  8. En vous lisant j'éprouve un sentiment de nostalgie, même si mes souvenirs ne sont pas les mêmes que les vôtres. Vos mots sont justes.

    Votre grand-mère était très jolie, vraiment.

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue dans mes esperluettes!
      Merci beaucoup Grand-Langue pour votre visite, votre message très amical et vos compliments.

      Oui, ma mamie était très jolie.
      Je pense à elle encore plus fort que d'habitude ces jours-ci car elle est née le 31 janvier 1913... et elle me manque beaucoup !

      Ep'

      Supprimer
  9. Bohin, mais bien sûr ! Je couds pas mal et ce nom a accompagné toute ma vie je crois.
    Tu as bien fait de nous rappeler ce monsieur inventif et prolifique.
    Bonne soirée Ep'.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre cerveau voit des milliers de noms, de logo, de marques, de dessins dans une journée mais on oublie de les regarder. Pourtant tous ont une histoire qui croise souvent les nôtres...
      Merci de ta visite,

      Bises d'Ep'

      Supprimer
  10. Très joli billet instructif et tissé de tendresse filiale ....

    RépondreSupprimer

Vous êtes désormais un p'tit bout de ma vie...
Merci d'être passé(e) par ici!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...