mercredi 23 juillet 2014

& Pays en marche

Le marcheur de Sidi Bou Saïd (Lilicouleurs)
Marche.
Marcher.

Tant d'efforts et de persévérance pour apprendre à marcher.
Irremplaçable force pour se lever, pour oublier la quadrupédie et se tenir bien droit sur ses deux jambes. 
Merveilleux équilibre pour rester debout, pour mettre un pied devant l'autre, alternativement, jusqu'au dernier pas de son chemin de vie.
Incroyable énergie pour se mouvoir sans choir dans une direction précise, pour aller d'un point à un autre, sans cesse.
Innombrables connexions nerveuses pour que notre corps soit en état de marche, marche bien et marche droit.

Mais une fois que l'on sait marcher, on oublie que marcher c'est tout ça!

Marche.
Marcher.

Appuyer simplement sur le bouton de mise en marche pour que ça marche.

Facile mais qu'est ce qu'on râle quand ça ne marche pas!

Marche.
Marcher.

Se mettre en marche, être en marche, suivre le sens de la marche, assurer la bonne marche: des efforts à fournir, des idées à défendre, des dates à honorer, les autres à écouter, à comprendre ou à combattre...


Certaines marches mènent les pas de l'homme vers un avenir meilleur !
- La longue marche de Martin Luther King, la marche du sel de Gandhi - 
Hélas, pas toutes !
- Le périple des Dix Mille, la longue marche de Mao - 
...

Marche.
Marcher.

Marcher quand on n'a que ses pieds pour aller ailleurs. Marcher quand la vie est trop rude, trop dure pour avoir un autre moyen de transport. Marcher quand les distances et le temps sont à taille humaine.


Là-bas, ils marchent.
Sous l'implacable chaleur, malgré le jeûne, ils marchent.
Jeunes, vieux, femmes, hommes, ils marchent.
Le long des routes ou sur les sentiers brûlants, ils marchent.
Longeant les haies de figuiers, près des grands champs d'oliviers, ils marchent.
 Près des murs blancs et des portes bleutées, ils marchent.
 Sous les buissons de jasmin et de bougainvillées, ils marchent.
Dans les allées des marchés et au pied des mosquées, ils marchent.

Tunisien, Tunisienne, sans cesse, tu marches...
La Tunisie est en marche!

lundi 21 juillet 2014

& Ça fait un but!

Pas de foot dans ce billet... 
et d'une, ce n'est pas ma tasse de thé (ni mon sirop d'orgeat!), 
et de deux, la France n'est pas championne du monde,
et de trois, je parlerai du foot quand les footballeuses auront le même pourcentage d'antenne que les footballeurs... et toc!

Non, je vais vous parler d'autre chose...

Jadis, quand Soeurette et moi étions gamines, nous vivions à Aix-en-Provence.
En fin de journée, dès le printemps, plusieurs fois par semaine, aussitôt que mon père rentrait de son travail et que les devoirs étaient terminés, nos parents nous offraient un menu à la carte. 
Non, nous n'allions pas au restau (ça, on en parlera dans un autre billet...) mais ils nous proposaient soit des cailloux, soit du sable, soit des rochers.
Entendez par là:
- soit une escapade sur une aire de tas de gravillons que nous gravissions avec ravissement;
- soit une petite virée à la mer, juste pour courir pieds nus dans le sable et faire quelques pâtés-châteaux voire quelques châteaux-pâtés;
- soit une balade au pied de la Sainte-Victoire pour escalader les rochers et s'enivrer des senteurs inimitables de la garrigue.

Selon l'humeur, nous embarquions alors dans la Simca 1100 et nous allions passer une heure ou deux, en famille, dans le petit paradis que nous avions choisi.

Et régulièrement, nous allions au zoo... ou simplement vers le zoo; "ça faisait un but" en attendant la merveilleuse période des journées piques-niques à la campagne!

Voilà deux semaines, notre petit loulou est venu passer quelques jours chez nous pour notre plus grand bonheur. Quelle joie de l'avoir avec nous ! Du haut de ses quatre ans et demi, il met du soleil dans nos cœurs car tout l'enthousiasme: les balades à pied et en voiture, les jeux de société, la cuisine, la peinture, le découpage, le foot (tiens, j'en parle quand même!), le vélo, le bricolage, les jeux de construction sans oublier les jeux sur écran, bien sûr!

Et cette année, comme l'année dernière et l'année d’avant, nous avons emmené notre petit-fils au zoo!
Un grand zoo où là aussi, les petites jambes de notre lutin trottinent sans jamais se lasser et où ses grands yeux bleus se posent partout et voient tout.
Sans doute l'emmènera-t-on l'année prochaine: un p'tit tour au zoo, ça fait un but!





jeudi 10 juillet 2014

& Air en stéréo

Route de vacances...
Pas l'autoroute, non, non, mais une jolie petite route départementale.

Véhicule sans climatisation : quand on a chaud dedans, vite, on ouvre sa fenêtre et l'air très chaud du dehors entre alors à l'intérieur...
Comme on a encore plus chaud qu'avant d'ouvrir, on ouvre toutes les fenêtres, en grand, en très grand pour faire un courant d'air et là, il devient absolument inutile de faire tourner le moindre CD car dans l'habitacle, il n'y a plus que l'air qu'on entend en stéréo et en boucle...

Ecoutez!

1. Selon l'espace par lequel vous laissez entrer l'air dans votre voiture,
vous devenez le concurrent immédiat des Sipolo
(inconnus des moins de 50 ans, n'est-ce pas?)
qui faisaient de la musique en soufflant dans des bouteilles,
en agitant des clochettes ou en tapant sur des verres plus ou moins remplis.
Modifiez l'espace d'entrée de l'air et vous faites varier la note...
Moins vous l'ouvrez, plus c'est aigu et ça s'aggrave si ça bée...

2. Vous longez une route bordée d'arbres 
ou de poteaux plantés à espace régulier : 
vous obtenez une modulation de fréquence sonore 
sans toucher le moindre bouton... 
Le son diffère sur un rythme régulier 
selon que vous passez devant un poteau-arbre 
ou devant rien!
Vouououm.... Rien........................
Vouououm.... Rien........................
Vouououm.... Rien........................
Vouououm.... Rien........................

(J'fais bien la rangée d’arbres du bas-côté, hein? ☺)

3. Croisez un camion et vous bénéficiez gratuitement et instantanément:
d'une augmentation progressive de l'intensité des instruments à vent, 
Notation musicale crescendo.svg
puis d'un Music dynamic fortississimo.svgplus ou moins inattendu qui vous bouche les pavillons et vous déplace le pupitre...
    et enfin, d'une diminution progressive de l'intensité du jeu de Maestro Eole
      4. De même, si vous ralentissez l'allure, 
      si vous roulez en mezzo, 
      vous entendez alors 
      les solistes du coin, 
      les cantatrices du lieu, 
      les ténors locaux: 
      les zoziaux, les meuhs, les merles, les coqs, les cloches, 
      les trompes des commerçants ambulants 
      et toutes ces voix précieuses du monde qui s'envolent dans les airs.


      5. Et comme de délicieux messages subliminaux,
      comme des soupirs entre les notes du vent,
      les odeurs d'herbe coupée, de tarte aux mirabelles,
      de terre mouillée, de tilleuls en fleurs,
      de crottin chaud, de foin séché,
      de linge propre, de pain de maïs...
      nous ouvrent les portes du monde.

      J'aime ouvrir les fenêtres en grand et battre la mesure de la vie au rythme du vent.

      jeudi 3 juillet 2014

      & VI

      I

      Si six scies scient six cyprès, six cent six scies scient six cent six cyprès...
      C'est mathématique!
      Parfaite illustration de la notion de proportionnalité...
      Si, si...


      II
      ☺☺
      Un troène
      Deux troènes
      Trois troènes
      Quatre troènes
      Cinq troènes


      III
      ☺☺☺
      Six ails ou six aulx?
      Peu importe, ça sent fort quand on les coupe!

      Cisailles ou ciseaux?
      Peu importe, ça fait "aïe!" quand on se coupe!



      IV
      ☺☺☺☺
      On l'attend avec impatience! 
      On le veut de toutes ses forces ! 
      Il est celui qui ouvre les portes!
      Il est celui qui amène la fortune!
      Il est à l'opposé de l'un comme deux est en face de cinq et quatre en face de trois...
      On le secoue!
      On souffle un sortilège!
      On le lance!
      C'est gagné!
      Dédé a fait un six au dé!  


      V
      ☺☺☺☺☺
      sextuplés... Sextius... sixte...
      hexagone, hexaèdre, hexamètre, hexoside...
      Faudrait savoir!
       Être hex-, est-ce être sext-?
      - Ben, si! C'est six!
      Comme un sot-six, le nard-six, le cas-six, l'ab-six, on-a-six, mes-dix-six...

       VI
       ☺☺☺☺☺☺

      Demain, ils partiront...
      Depuis quelques mois, ils n'ont plus que ce chiffre en tête: 
      la sixième...

      Vendredi, ils ont dansé une dernière fois dans la cour. 
      Vendredi, ils ont joué une dernière fois au chamboule-tout.
      Ils ont pêché une dernière fois leurs petits lots dans la sciure...

      Mes grands... Mon millésime 2013/2014...
      Mes loulous vont quitter notre école de quartier et entrer au collège. 
      Ils sont prêts pour la sixième 
      et pourtant, certains se sont arrangés pour me serrer très fort dans leurs bras pendant la fête...
       Le 4 juillet, demain, 
      ce n'est pas la commémoration de l'indépendance des États-Unis
      qui nous fera verser quelques larmes...

      Les quatre beaux six* de la cour vous saluent, mes grands...



      Dans la mythologie grecque, Philémon fut métamorphosé en chêne et Baucis en tilleul afin de pouvoir rester ensemble jusqu'à la fin des temps... Dans notre cour, nous avons 4 magnifiques tilleuls donc quatre baucis...

      lundi 30 juin 2014

      & Sur les p'tites rimes départementales... la suite

      Les 130 départements sous l'Empire en 1811
      Vous avez aimé ma première petite virée départementale...
      Voici la suite de ma balade...
      D'autres numéros viendront plus tard...
      En voiture !

      13 - Extrait de "La nuit des Bouches du Rhône"
      De tous ses affluents, le Suisse a pris les eaux
      De tous ses affluents, il a gobé les flots
      Regardez-le bâiller entre Aigues-Mortes et la Crau
      De tous ses affluents, le Suisse a pris les eaux
      16 - Extrait de "La nuit où le Charente"
      Tu as miaulé longtemps après la belle Burmese
      Tu as miaulé longtemps après la Miss Tigrette
      Ronronne, greffier, lové sur mes charentaises
      Tu as miaulé longtemps après la belle Burmese.
      17 - Extrait de "La nuit quand le Charente, Maritime"
      Hélios, dieu d'or dans son char, hante ma RI-time*
      Hélios, dans son char, hante le ciel myticole
      Suivez au firmament sa belle course ultime
      Hélios, dieu d'or dans son char, hante ma RI-time.
      21 - Extrait de "La nuit de la Côte d'Or "
      On connaît l'histoire de Saint-Georges et du dragon.
      Connaît-on l'histoire de Saint-Georges et de ses Nuits ?
      Oyez, brave gens, l'histoire du bon vin nuiton!
      On connaît l'histoire de Saint-Georges et du dragon.
      22 - Extrait de "La nuit des Côtes d'Armor"
      Nous partîmes cinq cents sans aide et sans renfort
      Nous partîmes cinq cents sous nos cottes de mailles
      Arborez triskel et belle hermine d'Armor
      Nous partîmes cinq cents sans aide et sans renfort.
      24 - Extrait de "La nuit ...Dordogne"
      La lune blanche a lui longtemps dans les sous-bois
      La lune blanche a bien guidé le Père Ygueult
      Ferme les yeux, Dogne et endors-toi
      La lune blanche a lui longtemps dans les sous-bois.
      39 - Extrait de "La nuit où il Jura"
      Le cygne, survolant Dole, a salué le sage
      Le cygne a courbé son col au laboratoire
      Promettez, Louis, de sauver l'enfant de la rage
      Le cygne, survolant Dole, a salué le sage.
      50 - Extrait de "La nuit de la Manche"
      Il a confondu Aldonza et Dulcinée
      Il a combattu contre des moulins à vent
      Pensa, Sancho, c'est là toute sa destinée
      Il a confondu Aldonza et Dulcinée.


      * RI-time: heure de Rhode Islands

      samedi 28 juin 2014

      & Séparation



      Ah! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
      On pourrait dire...Voyons! ... bien des choses en somme.
      En variant le ton, par exemple, tenez:
      Voilà ce que j'ai à vous proposer...

      Bienveillant: Moi, Monsieur, à votre place,
      J'aurais posé la barre bien à sa place.
      Autoritaire: Je vous ordonne, Monsieur,
      De placer cette barre bien au milieu.
      Souriant : Vous n'avez pas mis la barre,
      C'est pour payer mes magrets de canard ?
      Coquin: Êtes-vous, contre moi, fâché,
      Que la barre, vous n'avez voulu poser ?
      Concis: Commissions sur tapis roulant.
      Barre version Epamine...
      Barre pour annoncer le client suivant.
      Enthousiaste: Quelle belle invention
      Que cette barre de séparation!
      Pédant: J'eusse aimé, sachez-le,
      Que vous plaçâtes la barre au milieu.
      Jovial: C'est cool, cette petite barre,
      Quand je la pose, toujours, je me marre!
      Timide: Euh... S'il vous plaît... Pardon !
      Désolé... Vous pouvez... Séparation...
      Optimiste: Cette barre quand on la pose,
      Ça fait plaisir, pourtant c'est pas grand chose.
      Belliqueux: Si vous mettez pas d'barre
      C'est sûr, c'est que vous cherchez la bagarre.
      Gourmand : Moi j'en ai vraiment plus que marre!
      Tu mets pas la barre: t'as pas d'malabar!
      Pessimiste : Quand arrive enfin mon tour,
      La caisse ferme, faut que je fasse demi-tour!
      Amoureux: Quand j'ai posé la barre, là,
      J'ai croisé son beau regard et voilà!
      Proverbial : Tapis, sans barre, qui roule
      n'amasse ni ne sépare nos courses.
      Pratique: Il n'y a pas à dire, c'est sûr,
      Cette petite barre, vraiment, elle assure!
      Obséquieux: Comme cela est aimable
      Vous êtes vraiment très serviable...
      Poli:  Merci beaucoup.

      Point. Barre| C'est tout.

       





      mercredi 25 juin 2014

      & Mon plus vieil ami...

      Quand j'ai rencontré Rémi,
      il était comme moi, tout petit.
      On allait à la même école
      et on aimait les heures de colle,
      celle qui sentait l'amande
      et qu'on devait prendre
      avec une petite pelle.
      Il avait, je me rappelle, 
      un jardin et un mécano,
      des cubes et un p'tit canot
      qui voguait sur l'eau qui bouge.
      Il aimait les tulipes rouges
      et Colette, sa frangine,
      c'était ma copine.
      Ils étaient tous deux bien sages,
      sages comme des images...
      Quand on faisait la lecture,
      Rémi et Colette s'installaient sur le mur,
      et avec eux, comme le bourgeois gentilhomme,
      on prononçait les voyelles et les consonnes.
      En feuilletant les pages,
      quand je retrouve son visage,
      je constate que tant d'années après,
      Rémi est toujours aussi frais...
      Et moi, mamie Epamine,
      je pense au temps où j'étais gamine...


      Et je pense aussi
      que depuis ce temps béni
      où j'appris à lire avec Rémi,
      le monde dans lequel je vis
      a vécu plus de révolutions
      que depuis la révolution...
      Je m'explique...

      Dans mon livre de lecture, éditions 1965:
      Rémi porte des sabots pour bêcher son petit jardin;
      Colette a deux énormes flots rouges dans les cheveux;
      les deux gamins écoutent le phonographe;
      les hirondelles pioupioutent sur les fils télégraphiques;
      la mère de Rémi reçoit un télégramme;
       c'est dans une locomotive à vapeur que Rémi et sa mère vont à Paris, chez l'oncle Gaston;
      lorsque Rémi tombe dans la cour de l'école, il va se laver à la pompe;
      le fermier fauche son champ... à la faux;
      le dimanche, Colette met sa robe de linon et ses gants blancs;
      Fernand (pas Mathéo ou Benjamin!) coupe l'aubépine;
      Rémi va à la foire avec l'oncle Eloi (le bon saint de Dagobert!!) en voiture hippomobile...
      Rémi fait un jeu de patience (pas un puzzle!) et Colette brode un bonnet pour sa poupée!!!

      Même "modernisé" en 1979 (le phonographe s'est mué en électrophone et la locomotive devint électrique!), le livre de Rémi & Colette semble presque dater de l'Ancien Régime. Les images qui ont bercé mes jours de classe me semblent, aujourd'hui, quasiment anachroniques.
      Et je prends conscience, une fois encore, qu'il y a plus de différences entre l'enfance de mon petit-fils et la mienne qu'entre celle de mes grands-parents (voire arrière-grands-parents) et la mienne.

      Est-ce le monde qui s'est accéléré depuis ces dernières années ou est-ce moi qui suis vraiment une "vieille mamie", amie de Rémi* ?
      Attention à ce que vous allez répondre... ;)

      * ne pas confondre avec Saint Remi (prononcer St-R'mi), sans accent, qui baptisa Clovis à Reims. Lui, je ne l'ai pas connu...
       


      Pour la Récré du mercredi chez Jill-Bill